•  

     

     

    Après des études littéraires, j'ai obtenu un DUT carrières sociales option animation socioculturelle puis une licence culture et médias. J'ai travaillé durant six ans en centre culturel, dans le cadre du développement des pratiques artistiques dans des milieux plutôt éloignés de l'action culturelle. J'en garde un goût prononcé pour le spectacle vivant jeune public, le théâtre d'objets plus particulièrement. J'aime aussi la littérature jeunesse, celle qui traite des "vrais" et "grands" sujets, qui parlent aux enfants en faisant vibrer les adultes, celle des illustrateurs "artistes"! 

    J'ai eu l'occasion de rencontrer des enseignants motivés par les rencontres artistiques (personnalités et œuvres) et souhaitant en faire profiter leurs élèves. Cela m'a donné envie de me lancer moi aussi dans l'enseignement en 2006, après la naissance de mes deux premiers enfants. J'étais sûre que je pourrai aussi développer cela au sein de la classe, cette culture qui permet d'éveiller l'esprit critique et d'affirmer ses goûts. Par ce biais, j'avais envie d'aider et de participer à la formation de jeunes et futurs citoyens du monde.

    J’ai travaillé dans plusieurs écoles et dans des classes de différents niveaux, mais davantage en cycle 3 (CE2, CM1 et CM2). J’ai été rapidement interpellée par les difficultés d’apprentissage de certains enfants et je me suis vite demandé à quoi elles étaient dues et comment y remédier, j’ai beaucoup lu, cherché, réfléchi à de nouvelles façons de faire pour que chaque enfant ait l’envie et la possibilité de réussir.

    Je me suis très vite intéressée aux pédagogies dites "alternatives": Montessori, Freinet, Steiner, Decroly... Aujourd'hui, je m'intéresse aussi aux écoles dites "du 3ème type", "démocratique" comme l'Ecole Dynamique, à Paris. Ce qui me plait au-delà de leurs particularités spécifiques, c’est le fait de prendre soin du rythme de chaque enfant. J’adhère toujours à cela. Certains enfants ont besoin de plus de temps, d’autres méthodes. Tous n’apprennent pas de la même façon et il me semble primordial d’être conscient et à l’écoute de cela, tout comme je crois nécessaire de prendre en compte l'enfant dans sa globalité, c'est à dire, avec son vécu du moment, son histoire, ses émotions... Je conçois néanmoins que les enseignants aient des impératifs liés au respect des programmes scolaires et que ce ne soit pas simple à mettre en oeuvre en classe. C'est pour cette raison que je me suis éloignée de l'enseignement.

    Sur un plan plus personnel, j’ai « rencontré » les livres d'Isabelle Filliozat (psychologue de l'enfance, qui m'influence encore beaucoup, j'ai suivi la formation "Grammaire des émotions" au sein de l'EIREM, l'école qu'elle a créée). Je suis aussi influencée par les écrits de Jacques Salomé, et par tout ce qui a trait à la communication non-violente (j’ai participé à des ateliers Faber et Mazlich «Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent».)

    Je fais partie de l'association la Boîte à Outils de la Famille, qui promeut l'éducation non violente et soutient la parentalité sous toutes ses formes, en organisant des rencontres régulières sur différents thèmes, en animant des groupes de paroles... Je viens d'ailleurs, d'achever l'atelier "Parents d'ado" via l'association.

    J'ai été formée en pédagogie positive par Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, respectivement thérapeute cognitivo-comportementaliste et psychologue des apprentissages et du travail, auteures du livre best-seller « Apprendre autrement avec la pédagogie positive » (Eyrolles, mars 2013). J'ai animé à Amiens et Paris, plusieurs sessions des ateliers qu'elles ont conçus: "Apprendre autrement avec la Pédagogie positive" et "Booster ses révisions et réussir ses examens". J'ai également suivi la formation pour animer des ateliers à destination des enseignants et formateurs. 

    J'ai été responsable de l’antenne départementale de l’AFEP (Association Française pour les Enfants Précoces) entre 2012 et 2014.

    Je suis membre de l'association nationale le Printemps de l'Education, qui a pour mission de fédérer et représenter les acteurs du renouveau éducatif, et de nourrir la réflexion et les échanges, je fais aussi partie de la Fabrique Spinoza, think-tank économique et politique multi-partisan dont la mission est de redonner sa place au bonheur au sein de la société. Je participe aux réunions de réflexions sur le bonheur à l'école. 

    Je m’intéresse aux différents troubles de l’apprentissage, en particulier les troubles "dys". Je suis à l'écoute des recherches en neurosciences et sciences cognitives appliquées au domaine de l'éducation.

    Je suis sûre qu’il existe des solutions pour chaque enfant et je veux m’appliquer à les trouver avec lui, avec sa famille.  Je voudrais aider chaque enfant, individuellement, à retrouver la joie d’apprendre et la motivation, et pour les plus grands, à se mettre en projet de (re)travailler, en classe, via le temps des devoirs et/ou des examens.

    Je suis de plus en plus convaincue que les difficultés qui se cristallisent parfois autour de l'école, de l'apprentissage et/ou du temps des devoirs prennent leur racines bien plus profondément et que nous devons, adultes, être vigilents à la façon dont nous prenons soin de nos enfants et des enfants en général. J'ai eu la chance de rencontrer Michèle Bannay et Anne Bordage, psychologue scolaire et thérapeute enfance/famille, auteures de "Quels liens pour grandir (transformer la relation adulte/enfant)", avec qui j'ai aussi suivi une formation. Je me sens très proche de ce qu'elles développent avec le dispositif "Enfants d'aujourd'hui", qu'elles ont mis en place sous forme d'ateliers depuis plusieurs années déjà. Je suis très inspirée par leurs écrits et leur vision de cette relation-là. J'anime aussi des ateliers largement inspirés de ceux qu'elles animent depuis des années dans l'Oise, à l'intérieur et l'extérieur des établissements scolaires. Il s'agit, pour les adultes qui accompagnent les enfants, de prendre conscience de ce qui peut être parfois lourd à porter, et de se connaître mieux, afin d'entrer en relation avec l'autre. J'ai moi-même vécu ces ateliers, et ce fut extrêmement intense! Comme Anne et Michèle, je voudrais transmettre cette vision de l'accompagnement, qui mène à une compréhension et une bienveillance naturelles envers Soi, envers l'Autre et envers l'Enfant...

    Entre janvier 2015 et août 2017, j'avais repris un emploi de prof dans un centre éducatif fermé: je travaillais avec des mineurs  multirécidivistes: des jeunes gens entre 13 et 16 ans placés dans cette structure sur décision judiciaire, en alternative à l'incarcération, ils y ont l'obligation de scolarité, ce qu'ils vivent souvent comme une contrainte. L'école a été souvent un lieu d'échec. J'ai été sollicitée pour travailler au niveau européen sur la conception et l'évaluation d'outils permettant l'acquisition de compétences transversales en milieu carcéral dans le cadre d'un projet ERASMUS+.

    Je suis enfin et surtout l'heureuse maman de quatre enfants (une fille et trois garçons), ils cumulent chacun plusieurs "troubles": haut potentiel, dyslexie, dyspraxie, TDA. Pour eux, l'école n'est pas toujours une partie de plaisir et les devoirs encore moins! Mon fils aîné a été scolarisé via le CNED et a repris une scolarité au sein d'un collège en classe de 4ème. Ils ont actuellement 14 ans, bientôt 13 ans, 7 ans et demi et  5 ans. Avec eux, je tâtonne (beaucoup et souvent!!!) et apprends tous les jours! Nous nous élevons ensemble!

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :